Je pratique la broderie et l’assemblage de fibres dans des œuvres bidimensionnelles ou des installations in situ. Mes matériaux sont des fibres textiles, des objets ou des tissus neufs et récupérés. Je privilégie la fabrication manuelle, autant que technologique pour broder, tisser, matelasser ou simplement nouer. Je valorise la participation des personnes expérimentées d’un point de vue technique, comme celle du grand public. Concrètement, j’invite les gens à des cueillettes de matières, des corvées d’assemblage ou des ateliers dirigés, afin de produire mes créations dans une dynamique participative.

 

Les techniques textiles m’offrent un langage commun avec le public. Je peux ainsi renvoyer ce dernier à des notions familières par exemple, vestimentaires ou domestiques. Pendant la durée des créations, ma patience, mon labeur et ma disponibilité me permettent une véritable complicité avec les participants. Dès lors, les objets façonnés rappellent avant tout leurs contextes de production. Ils incarnent la trace de rencontres vivantes et inclusives auxquelles le regardeur a accès.

 

En atelier ou dans l’espace public, mon ouvrage de construction retient ou protège des éléments fragiles. Ce faisant, j’explore la zone d’écart entre l’impulsion d’éroder et le besoin de réparer, d’accumuler, de lier... Le thème de l’absence sous-tend alors ma recherche plastique. J’adopte en fait des procédés ou des processus qui tentent de pallier divers manques, qu’ils s’avèrent formels, environnementaux ou sociaux.

© Copyright 2014-2019 Élise Dubé